Une journée dans la majestueuse baie d'Halong

Cat ba town, où nous logeons, ne recèle pas de charmes particuliers: port plutôt triste et sale, hôtels bas de gamme en enfilade adossés à la montagne et petits "buis buis" à bas prix. L'endroit est avant tout le repère de routards du monde entier désirant, comme nous, partir à la découverte de la baie d'Halong autrement, sans dépenser une fortune et sans les hordes de touristes. Ici, les adeptes d'hôtels All inclusive, de valises à roulettes et de crème à bronzer n'ont clairement pas leur place: le Backpaper est roi. 

La baie d'Halong sous le soleil

Depuis plusieurs jours, nous guettions les prévisions météo afin de s'assurer d'un ciel dégagé pour admirer les paysages incomparables de la baie d'Halong. À cette période de l'année, la saison est plutôt sèche mais propice aux brumes et nuages bas. Les mésaventures du couple allemand rencontré à Phu Quoc (Voir ici) nous ont incité à faire preuve de souplesse dans notre programme afin d'éviter de passer à côté d'un tel spectacle. Après une nuit plutôt froide (Pas de véritable chauffage dans l'hôtel sinon une climatisation plutôt récalcitrante), nous sommes donc rassurés en apercevant une belle lumière dès le lever du jour. Après un petit-déjeuner plutôt moyen, nous prenons donc la direction du port pour embarquer pour une journée que l'on attendait avec impatience. 

Arrivés sur place, nous nous rendons à l'évidence: nous ne sommes pas les seuls à avoir surveillé les bulletins météo! Sur le port, c'est la tour de Babel, des voyageurs du monde entier s'y sont donnés rendez-vous. Il y a 4 ou 5 bateaux prêts à prendre le large. On nous indique le notre, de taille moyenne. Nous sommes une quarantaine de passagers à bord, plus le personnel et notre guide, qui nous fait un bref briefing sur le programme de la journée. 

Du kayak en guise d'échauffement

À bord, chacun trouve sa place et nous partons vers 8h30. Un passager parisien se sent déjà "comme à la maison".

En vrai aventurier qu'il est, il a opté pour les tongues et un masque pour faire couleur locale. 

Sur le pont, la température avoisine les 15° mais les rayons du soleil sont agréables. Il ne faut qu'une demi-heure pour apercevoir les premiers pitons rocheux, semblant avoir été plongés au hasard dans la Mer de Chine. Le vent souffle et l'aventurier regrette déjà l'option des tongues. Il enfile donc des gants aux pieds (?!?), en le signalant bien fort au cas où l'ensemble des passagers du bateau ne l'auraient pas remarqué... Il a également la gentillesse de partager avec tout le monde la playlist de son téléphone à pomme dernier cri. Nous sommes plusieurs à commencer à l'apprécier...

Mais oublions ce charmant personnage et passons plutôt au spectacle grandiose qui se déroule sous nos yeux. Le soleil s'amuse avec les nuages et la forme des îlots, le paysage change à chaque instant.  

Après un peu plus d'une heure, nous accostons sur un petit village flottant (J'y reviendrai) pour une découverte à bord de kayaks. Ici, le soleil brille généreusement et l'heure et demie passe très rapidement. Nous pagayons sur une eau magnifique, passons sous des grottes (Il faut se rendre compte, nous sommes sous la montagne) pour déboucher dans de petites criques. Sublime.

Quand nous rejoignons le bateau, nous découvrons que 4 ou 5 autres embarcations sont arrivées depuis. Ouf!

Retour à bord pour prendre le repas, qui était prévu dans le prix (12 €/personne). Au menu: riz, poisson frit, pommes de terre en sauce, cacahuètes grillées, fruits de mer, tofu et nems, le tout accompagné de la bière vietnamienne, la Tiger. Vraiment très bon. Nous remontons ensuite sur le pont pour admirer le paysage. Nous connaissions évidemment la baie d'Halong, nous avions vu des photos et des vidéos mais les paysages sous nos yeux dépassent toutes nos espérances. 

Même les plus belles photos ne rendent pas justice à ces paysages et on se rend compte du privilège d'être là, sous le soleil, avec ces merveilles de notre planète sous nos yeux. 

Monkey island 

La prochaine halte de notre "croisière" nous emmène sur l'île des singes, bordée par une magnifique plage de sable blanc. Nous accostons grâce à de petits bateaux venus à notre rencontre et sommes très vite accueillis par les habitants des lieux. 

Au-delà des singes, l'intérêt de l'île est de proposer une ascension du sommet, permettant une vue à couper le souffle sur la baie. Mais il faut la mériter...

Le chemin est périlleux, particulièrement à l'approche du sommet où les personnes en proie au vertige passeront leur tour. Cependant, une fois en haut, on oublie tout et on savoure.

Nous y restons une bonne demi-heure, sans voix. 

 

 

Découvrant un brin de wi-fi sur le téléphone, j'en profite pour appeler mon ami JF, alors sur la route du travail. Situation cocasse :) 

Baignade hivernale

Après la descente limite dangereuse, nous retournons sur le bateau pour la prochaine étape: la baignade! Le soleil brille mais sur le pont, il ne fait vraiment pas chaud, le vent est froid et tous les passagers sont en vestes "doudounes" et capuches... Après une bonne demi-heure de navigation, le bateau s'arrête et le guide enlève les chaînes autour du pont supérieur, petit sourire en coin. N'ayant pas tous les jours l'occasion d'être dans un endroit pareil, je pris mon courage à deux mains et plongeai, après avoir laissé le soin à un autre passager d'évaluer la température de l'eau... Délicieuse sensation quoiqu'un peu fraîche. L'objectif étant de nager vers une petite plage déserte à une centaine de mètres. Magnifique.

 

L'air est vraiment très frais (Nous serons 5 à nous y aventurer) et on ne tarde pas à remonter sur le bateau. Emmitouflés dans une serviette, nous dégustons un café bien chaud et prenons déjà la mer vers la dernière halte de la journée: un village flottant. En chemin, les paysages sont indescriptibles.

 

Notre guide nous explique que près de 2.000 personnes vivent sur ces petits villages flottants, véritablement coupés du monde. Leur activité tourne évidemment autour de la pêche et les habitations se transmettent de génération en génération. Deux ou trois fois par an, lors de la saison des fortes pluies et tempêtes, toute la population est évacuée vers l'île de Cat ba par de gros navires affrétés par les autorités. Chaque matin, un bateau passe prendre les enfants pour les emmener à l'école sur l'île. Le trajet dure près d'une heure et le coût pour les parents est important(3 €/jour). Ils consacrent leur vie à l'élevage de poissons aux dimensions parfois impressionnantes, qu'ils revendront à bons prix sur l'île de Cat ba. Des conditions de vie incroyables, qui méritent le plus grand respect.

 

 

Il est aux alentours de 17h30 lorsque nous rejoignons le port, des images plein la tête. Nous rentrons quelques minutes à la pension puis allons manger un petit bout dans l'un des restaurants de la ville. Nous le choisirons selon un seul critère: celui de disposer d'une porte fermée car les soirées sont vraiment très fraîches ici et tous les établissements laissent portes et fenêtres ouvertes. Nous mangeons très bien et nous faisons la très agréable rencontre de Luc, de Dunkerque qui a également passé la journée sur la baie d'Halong (Salut Luc!) . Nous rions bien en évoquant le dépaysement que nous ressentons en visitant les rizières du Vietnam et en imaginant l'inverse: des touristes asiatiques arpentant nos champs de betteraves ou de pommes de terre, photographiant nos agriculteurs à la tâche! 

C'est toujours dans une chambre plutôt froide que nous nous nous endormons, avec le sentiment d'avoir passé une journée exceptionnelle. 

Le lendemain, nous prenons la route vers Ninh binh et l'autre baie d'Halong, terrestre cette-fois. Je vous en dis plus dans un prochain article. 

Passez une agréable journée et à très vite, 

Valentin 

 


2 commentaires

  • Nom di dious que c est beau Valentin tu es un reporter du tonnerre je suis fan bisous à vous deux

    Fermeuse
  • Je ne me lasse pas de vous lire ! Profitez les amis ! Bisous de nous

    Amandine

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés