Hoi an, ville des lanternes

Je vous avais parlé de l'aspect "tourisme de masse" de Nha Trang. En quittant de nuit la petite île de Hon Tam, je me suis rappelé d'une chose dont je devais vous parler: le Vinpearl. À Phu Quoc déjà, toute une partie de la côte a été entièrement privatisée pour les besoins d'un gigantesque complexe hôtelier du même nom. Ici, la démesure atteint son paroxysme avec une île entièrement réservée aux clients de cet hôtel-resort hors-norme. Tout d'abord, pour rejoindre l'île depuis la terre ferme, nul besoin de prendre un bateau: les propriétaires ont eu l'idée d'assurer la liaison avec un...téléphérique dont les piliers sont des reproductions de la tour Eiffel! Sur l'île, un complexe de 11 étages abrite les 476 chambres. Last but not least, un parc d'attractions grandeur nature y a été construit. Reconstitution de Dysneyland version vietnamienne avec châteaux, toboggans, manèges à sensation forte, grande roue... Inutile de vous dire que l'île est complètement dénaturée et je ne parle même pas de l'empreinte écologique d'un tel complexe. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à aller voir le prix pour une chambre...

Voyage en train et arrivée à Hoi an

Après la courte traversée, direction la gare de Nha Trang pour prendre le train vers Hoi an, prochaine étape de notre voyage. À la gare, pas de fioritures: une fois le train entré en gare, chacun se précipite vers son wagon en traversant les voies, dans un désordre finalement sympathique.

Nous découvrons alors notre "suite" dans laquelle nous passerons la nuit, en compagnie de deux autres personnes, une vieille dame vietnamienne et son fils. Nous héritons des couchettes du haut. Pour ma part, exercice périlleux de s'y installer. Après quelques "boums" sur la tête, c'est décidé, je ne bouge plus jusqu'au lendemain matin. Désolé donc pour la qualité de la photo, prise dans une position improbable: 

Départ prévu à 20h30, arrivée à Hoi an (gare de Da Nang plus précisément, à une vingtaine de kilomètres) prévue à 6h40 le lendemain. 

À Hoi an, nous resterons trois nuits. Nous avions trouvé notre logement juste avant d'embarquer dans le train, nous séjournerons donc au "Luna villas homestay" que nous avons choisi pour sa situation idéale, entre le centre-ville et la côte, et son prix: 50 € pour les 3 nuits avec petits-déjeuners et vélos à disposition. Pour nous y rendre, nous partageons le taxi avec Julie, une infirmière française résidant à Londres d'une trentaine d'années partie seule durant 6 semaines sur les routes des Philippines et du Vietnam. L'occasion d'échanger quelques bons plans. 

Dès notre arrivée, nous sommes accueillis par le couple qui vit dans notre pension avec un sourire jusqu'aux oreilles et un bon café vietnamien. 

Nous découvrons ensuite les lieux, nous ne sommes pas déçus, bien au contraire:

Il est encore tôt lorsque nous empruntons les vélos pour une première exploration des environs et surtout du centre de Hoi an, dont nous avions déjà tant entendu parler. Un élément change absolument tout ici par rapport aux autres villes vietnamiennes: l'absence de voitures dans le centre. Les ruelles sont encore désertes et nos espoirs ne sont pas déçus. Chaque coin de rue, chaque maison ou commerce est décoré avec soin et les couleurs apportent à la ville un cachet incroyable. Les lanternes sont partout. 

 

Nous passons la matinée à flâner et tombons rapidement sous le charme d' Hoi an, qui recèle de nombreux temples et maisons historiques à visiter ainsi que le fameux "Pont japonnais", monument le plus célèbre de la ville. 

En parcourant la ville, impossible de se rendre compte que les eaux l'avaient complètement envahies il y a un peu plus de 2 mois, début novembre 2017. Aucun signe de cette catastrophe naturelle qui avait coûté la vie à 50 personnes et fait 17 disparus. Au total, 30.000 personnes avaient été déplacées. Voici un article qui décrivait la situation à l'époque: Pour le découvrir, cliquez ici

Les heures passent et le flux de touristes se fait de plus en plus important. Nous poursuivons notre découverte en faisant quelques achats "souvenirs" pour nos proches. Hoi an, c'est aussi la ville des tailleurs et du cuir: robes ou costumes sur-mesure, ceintures, sacs et chaussures en cuir. Bon, personnellement, ce n'est pas l'aspect du voyage qui me plaît le plus mais la promenade n'est pas désagréable. Nous nous accordons une petite pause cocktail au "Mango rooms", très bonne petite adresse et cocktails délicieux avec la formule "happy hour", soit 2 cocktails pour l'équivalent de 3 €! 

Nous délaissons la foule et partons pour prendre un petit repas sur le pouce, vers 16h dans un "street food", ces petits commerces installés partout et qui proposent des saveurs incomparables. Pour la digestion, rien de mieux qu'une petite randonnée à vélo de quelques kilomètres, direction la plage! En route, nous rencontrons quelques Vietnamiens en plein travail dans les rizières. Cette période de l'année est consacrée au "repiquage" et une dame et son fils, heureux que l'on s'intéresse à leur travail, tentent de nous expliquer les méthodes appliquées et leur savoir-faire. Les étapes de la culture du riz mériteraient bien un petit article...

Son travail achevé, la dame nous emmène chez elle, fière de nous présenter sa famille. Très belle rencontre. 

Arrivés à la côte, nous découvrons une très mince étendue de sable et une mer très agitée. Des gros sacs de sable sont placés devant la plage. Le soleil tire sa révérence. 

Demain, c'est en scooter que nous partirons pour une découverte de la région, sans véritable plan précis mais avec l'envie de se plonger dans les petits villages et hectares de rizières environnants. 

Passez une excellente journée, et n'hésitez pas pour toutes suggestions, commentaires ou questions!

À très vite, 

Valentin


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés